De l’importance de ne pas s’auto-éditer immédiatement

Qu’est-ce que j’entends par l’auto-édition ?

Définition de l’auto-édition

J’entends par-là l’action ou la série d’actions qui nous font sans cesse revenir sur un texte en cours d’écriture, lors de sa première rédaction.

Le besoin d’être parfait-e

En effet, lorsqu’ils ou elles sont en cours de concrétisation d’un projet d’écriture (un roman par exemple), bon nombre d’auteur-e-s ont tendance à faire de l’auto-édition. Alors qu’ils écrivent une première version de leur texte, ils reviennent sur l’orthographe, les formules, ou encore son agencement. Ils ou elles jugent ainsi leur œuvre au fur et à mesure de son émergence. Comme si elle devait être parfaite avant même d’être née. 

Vous vous souvenez ? Le perfectionnisme ? A ce stade, plus que jamais, c’est un ennemi de votre créativité. 

Pourquoi il ne faut pas se relire tout de suite

Cette démarche d’auto-édition est importante lors d’une des nombreuse relectures que vous ferez par la suite. Mais, au premier stade de la création, elle peut vous bloquer et ainsi entraver le processus créatif.

De plus, elle ne fera que rendre chaque session d’écriture lourde et pénible.

Bien sûr, les mythologies qui entourent la création artistique depuis des siècles vont dans ce sens. Mais on peut écrire une œuvre littéraire de grande qualité d’une tout autre manière.

Un texte de bien meilleure qualité

A mon avis, on peut même aller plus loin: plus un texte est frais et non censuré, meilleur il est. Moins parfait, plus vivant.

Et vous aurez largement le temps, après avoir écrit votre premier jet, de le corriger et l’agencer différemment. Ainsi, vous ferez de l’auto-édition bien assez tôt.

Les imperfections sont vos alliées

Laissez-vous surprendre. Autorisez-vous à ce que votre première version contienne beaucoup d’imperfections.

Julia Cameron, dans Libérez votre créativité, la bible des artistes (cliquez sur le lien pour les références), va plus loin : dans un premier temps, il faut s’autoriser à écrire mal. Pour ma part, il m’arrive parfois de ne même pas faire de ratures. Alors, si ce que j’écris ne traduit pas ma pensée, je le réécris à la suite. Sans biffer ce qui précède.

Ecrivez donc sans corriger, écrivez le plus librement possible votre premier jet. Je vous garantis que l’expérience sera à la hauteur de la qualité de votre texte. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code