Être vrai

Être vrai-e dans son écriture, est un conseil que j’ai parfois lu et entendu. Brenda Ueland, dans son magnifique livre sur l’art d’écrire If You Want to Write (Kore Press, 1938), parle de cela. Elle y défend cette idée principale: chacun-e a une voix unique. Il n’y a pas deux écrivain-e-s semblables et tout le monde a quelque chose d’intéressant à dire.

Ecrire bien et écrire mal

Mais ce qui distingue les bon-ne-s écrivain-e-s des mauvais-e-s est la simplicité d’un ton qui sonne vrai.

C’est une manière de voir qui peut sembler étrange au premier abord. En effet, on préfère généralement mettre en avant le travail sur le style ou la langue. On parle plus rarement d’authenticité pour évaluer la qualité d’un texte.

Alors, dire la vérité quand on écrit, ça veut dire quoi?

le cas de la fiction

Que signifie « être vrai-e » quand on écrit, surtout de la fiction? On peut en effet se demander comment dire la vérité quand on écrit de la fiction. Car la fiction justement, ce n’est pas la vérité.

Et même si un récit se veut réaliste, on est quand même dans un monde imaginaire, inventé par un-e écrivain-e. Doit-il ne faire référence qu’à sa propre expérience? Cela contredirait alors ce que l’on attend de lui: imaginer, justement. Continuer la lecture de « Être vrai »